The following article on the new English-language weekly, Le News, for the Lake Geneva Region in French is by Essential Edge French editor Daniel Wermus.

Geneve — Depuis fin octobre, un hebdo gratuit anglophone vise les quelque 50’000 expatriés «globaux» présents dans la région lémanique, plus les Suisses intéressés à la Genève internationale. Mais le News veut avant tout renseigner les étrangers sur la vie helvétique – des maigres vendanges du Lavaux aux étranges votations fédérales, en passant par les bons restos, l’agenda culturel, le réseau associatif, les balades. Et faciliter ainsi leur intégration, même s’ils ne restent que quelques mois. Si cette initiative tente de combler un manque – aggravé après le sabordage de World Radio Switzerland par la SSR – son modèle économique pourra-t-il survivre sur un marché marqué par une longue série d’échecs ?

«L’expérience malheureuse du Geneva Post, en 1994, et d’autres tentatives avortées le montrent : il n’y a pas, entre Annemasse et Montreux, une masse critique de lecteurs pour des infos ambitieuses sur les enjeux internationaux. Même Le Temps peine, en français, avec un tirage de 50’000. Le public anglophone trouve ce type de news à la BBC, au New York Times, à The Economist… En revanche, il a besoin de savoir et comprendre ce qui se passe ici, de façon concise et plutôt divertissante », explique l’un des trois initiateurs du nouvel hebdo, Daniel Ahlers, un Sud-Africain qui a 17 ans d’expérience de la vente et de la distribution des journaux en Suisse, notamment comme chez Edipresse et Naville, où il était directeur commercial.

 

Le journal vise un lectorat éduqué et mobile, possédant un pouvoir d’achat élevé. Le tirage actuel de  25’000 pourrait être porté à terme à 50’000. Il se veut indépendant et opposé au sensationnalisme, ainsi qu’aux publi-reportages. Paraissant le jeudi, il est distribué de manière ciblée là où les expats sont légion : transports, centres commerciaux, ONU, ONG, multinationales, écoles internationales.

Daniel Ahlers et ses deux associés britanniques Jeremy Mc Teague et Philipp Judd ont lancé le News avec leurs propres fonds, après avoir vainement cherché des investisseurs locaux. Ils ont cependant un partenariat avec GHI/Lausanne Cités pour la mise en page et la gestion publicitaire, ainsi qu’avec Publicitas et l’agence babconsulting, et restent ouvert à des alliances plus solides. Sans divulguer de chiffres, le trio indique que 4,5 pages d’annonces (sur 24) permettent de couvrir les coûts actuels, ce qu’ils n’atteignent pas encore en cette fin d’année.

« Les annonceurs ont souvent épuisé leur budget 2013 et attendent de voir notre évolution, mais si notre contenu touche bien la cible, ils seront au rendez-vous », espère Ahlers. La clé du succès, ajoute-t-il, c’est donc la qualité journalistique… et c’est précisément là que l’équipe doit passer l’épaule. Elle ne s’offre pour l’instant que trois journalistes (assez modestement) rémunérés, dont le rédacteur en chef Edward Girardet, basé à l’ONU. Beaucoup de sujets sont repris de la presse locale, et encore peu de reportages originaux positionnent l’hebdo. La rédaction comporte dix pigistes dont une moitié de non journalistes qui acceptent de travailler gratuitement. « Il y a en effet  dans la région plein de gens talentueux qui sont ravis de partager gracieusement leur savoir. Mais notre rêve est d’arriver rapidement à payer nos  collaborateurs au prix du marché, y compris nous-mêmes », assure le co-directeur. Il n’est pas prévu d’accueillir des piges en français.

Autre casse-tête à gérer : les trois fondateurs, basés à Lausanne, ont positionné le journal par «Local Swiss News in English», guidés en cela par les publicitaires suisses. Ce qui semble exclure nombre de résidents en France voisine, laquelle n’est pas ciblée nommément. Mais parler du «Greater Geneva» ferait grincer les Vaudois… et «lémanique» se dit en anglais : «Lake Geneva».

Daniel Wermus is a Swiss Geneva-based international journalist at the United Nations.

www.lenews.ch

LEAVE A REPLY